Aller au contenu
2 min lu

Sur des terres arides, les voisins enseignent de nouvelles techniques de culture aux voisins

Groundswell International

Au Burkina Faso, pays d’Afrique de l’Ouest, petits agriculteurs régulièrement face à une sécheresse sévère et à des précipitations irrégulières. Avec la baisse de la fertilité des sols et la production de cultures de base de sorgho et de mil, les pénuries alimentaires sont courantes.

À Gayéri, au Burkina Faso, Issouf Odago, un agriculteur et éleveur âgé de 30 ans, était déterminé à vaincre la faim dans sa famille. Odago a vu comment son voisin avait augmenté les rendements en utilisant des techniques agricoles écologiques et l'a approché pour en apprendre davantage sur la façon dont il gérait ses terres, décidant finalement d'expérimenter une partie de ses terres. Il a assisté à des formations et s'est procuré des outils de jardinage grâce à un prêt d'équipement de son village.

M. Odago a bénéficié d’un projet intitulé «L’innovation en agroécologie dirigée par les agriculteurs, qui permet d’améliorer la gestion des éléments nutritifs et la rétention d’eau dans les sols pour améliorer la sécurité alimentaire», une collaboration de Lame de fond et l'association des ONG burkinabé Nourrir Sans Détruire (ANSD), soutenue par la Fondation McKnight. Les deux organisations travaillent avec les agriculteurs du Burkina Faso pour intégrer les pratiques agricoles agroécologiques et aider les agriculteurs locaux à faire la transition vers un système alimentaire plus durable et résilient.

La ferme de M. Odago s'étend sur un peu plus de cinq hectares. Avant de mettre en œuvre ces techniques, il produisait 2625 kg de sorgho sur 3,75 ha, 300 kg de maïs sur 0,5 ha et 200 kg de sésame sur 1,125 ha. À la fin de la campagne agricole 2014, il a constaté une augmentation de la production de sorgho de 100%, une augmentation de plus de 900% du maïs et une augmentation de 50% du sésame.

Les augmentations de production ont non seulement permis à Odago de subvenir aux besoins de sa famille; il était également capable de vendre des récoltes et des semences. Il a généré des revenus supplémentaires en vendant des plants de sésame à 60 000 FCFA (soit environ 120 dollars US), ce qui lui a permis de payer les frais de scolarité de ses enfants et les frais d’eau collectifs. Il a également pu développer son activité d'élevage et acheter une moto pour accroître la mobilité de sa famille.

Depuis lors, des voisins des villages environnants sont venus visiter sa ferme pour constater les résultats incroyables de ses techniques d’agriculture écologique. Certains lui ont demandé de l’aider à mettre en œuvre des techniques similaires dans leurs propres fermes. «Les résultats ont dépassé mes attentes», a déclaré Odago. "J'ai du mal à croire que je puisse produire autant de grains et de maïs sur un sol latéritique."

Le succès de la famille Odago n'est qu'un exemple parmi d'autres de ce qui est possible lorsque des organisations permettent aux personnes de collaborer et d'apprendre les unes des autres.

Sujet: International, Recherche collaborative sur les cultures

décembre 2016

Français
English ˜اَف صَومالي Deutsch العربية 简体中文 ພາສາລາວ Tiếng Việt हिन्दी 한국어 ភាសាខ្មែរ Tagalog Español de Perú Español de México Hmoob አማርኛ Français