Aller au contenu
3 min lu

Comment les fondations peuvent-elles influencer les investisseurs? Il suffit de demander!

Question: Comment une fondation relativement petite peut-elle convaincre les gestionnaires de fonds disposant de 1 500 milliards de dollars de se lever et de compter sur le changement climatique? Réponse: demandez leur.

Le jour où l’administration Trump a retiré les États-Unis de l’Accord de Paris, la Fondation McKnight a adressé un courrier électronique à ses gestionnaires de fonds en leur demandant de joindre un lettre d'investisseur sur l'atténuation des changements climatiques avant la réunion du G20 en Allemagne. Il a exhorté les gouvernements participants à mettre en œuvre l'accord de Paris et à encourager les investissements à faible émission de carbone. La lettre a souligné que les acteurs économiques influents veulent des actions sur le climat. À l'époque, il était déjà signé par 280 propriétaires d'actifs et gérants disposant de 17 000 milliards de dollars. Nos gestionnaires ne seraient donc pas les premiers arrivés.

Fondations en tant que clients d'investissement

Cette stratégie est simple. Chaque fondation dotée est un investisseur institutionnel payant des frais à ses gestionnaires de fonds. Chaque fondation est donc un client. Et lorsqu'un client demande à un fournisseur de services financiers de faire quelque chose, le fournisseur l'examine et détermine comment agir. En tant que clients et participants du marché, les fondations peuvent exercer une influence considérable influence en tant qu'investisseurs pour faire avancer leur mission. Et ce n'est pas grave. Comme dans toutes les relations commerciales, la contrepartie peut dire non. Et certains l'ont fait. Mais demander vaut toujours la peine. Alors qu'est-ce qui se passe quand vous demandez? Voici les résultats de la demande de McKnight à 26 fournisseurs de services d'investissement de signer une lettre sur le changement climatique:

  • 9 gestionnaires ont dit non;
  • 3 directeurs ont dit qu'ils essaieraient et nous n'en avons plus entendu parler;
  • 3 managers n'ont pas répondu
  • 4 directeurs ont signalé qu'ils avaient déjà signé (hourra!); et
  • 7 gérants, représentant 1,5 billion de dollars, ont répondu oui

En résumé, nous avons atteint un taux de conversion de 27%. Pas mal. Et qu'en est-il de tous ces non? Dans certains cas, elles sont aussi satisfaisantes que les réponses affirmatives, car l'enquête a suscité de précieuses conversations au sein de ces institutions. Dans deux cas, les gestionnaires de fonds ont débattu de la demande avec leurs sociétés mères beaucoup plus grandes et plus puissantes. Un gestionnaire de fonds nous a écrit pour exprimer notre regret de ne pouvoir participer. Cette personne, qui a personnellement insisté pour que l'initiative soit prise, était reconnaissante de la demande du client et a demandé que nous continuions à envoyer à la société de telles demandes de renseignements à l'avenir. Espérons que ce gestionnaire de fonds nous a dit que le cabinet serait mieux placé pour dire oui. Il s'agit d'un pas en avant, car il prépare les entreprises à la prochaine occasion, lorsqu'elles seront peut-être plus prêtes à agir.

Un signal que le changement climatique est important pour nos portefeuilles

Lorsque les fondations demandent aux gestionnaires de fonds d'agir sur le climat, nous signalons au chef de la direction, au chef du contentieux et au responsable des activités institutionnelles que le changement climatique est essentiel à la protection de nos portefeuilles. Nous fournissons également des munitions aux champions internes qui tentent d'apporter des changements dans une entreprise. Et qu'en est-il des coûts de transaction? La meilleure nouvelle pour le personnel de fondation occupé est que l’utilisation des stratégies client est gratuite et ne prend pas beaucoup de temps. Dans ce cas, la lettre du G20 a été écrite et organisée par six personnes réputées groupes d'investisseurs mondiaux. Tout ce que McKnight avait à faire était d’envoyer un courrier électronique à nos directeurs et de faire un suivi. Nous estimons que ce projet a pris trois heures de temps au personnel (en fait, ce blog demandera probablement plus de temps à l’ensemble du personnel). Étant donné que McKnight a mobilisé 1 500 milliards de dollars et entamé d’importants dialogues au sein d’institutions financières influentes, je dirais que c’est un retour assez spectaculaire sur un petit investissement. Sur une simple demande, nous avons pu renforcer une campagne mondiale qui a abouti à la signature de près de 400 investisseurs représentant 22 000 milliards de dollars. Voilà une demande qui en vaut la peine.

Sujet: Impact Investing

juillet 2017

Français
English ˜اَف صَومالي Deutsch العربية 简体中文 ພາສາລາວ Tiếng Việt हिन्दी 한국어 ភាសាខ្មែរ Tagalog Español de Perú Español de México Hmoob አማርኛ Français