Aller au contenu
La recherche continue de l'Organisation nationale de recherche agricole aide à produire de nombreuses variétés de haricots, générant environ 929 000 tonnes de haricots par an. Crédit photo: Charlotte Kemigyisha, NARO
7 min lu

Comment la recherche agroécologique accroît l'équité mondiale et fait progresser les solutions climatiques

Les systèmes alimentaires sont étroitement liés au changement climatique et à l'équité. Des systèmes alimentaires sains et durables contribuent à atténuer le changement climatique; le changement climatique affecte notre capacité à soutenir des systèmes alimentaires sains; et des systèmes alimentaires sains améliorent la sécurité alimentaire, les régimes alimentaires et les moyens de subsistance. Nous avons besoin de terre, d'air, d'eau et de nourriture sains pour que les gens et la planète prospèrent.

Dans le cadre de ses subventions du premier trimestre 2020, la Fondation McKnight a accordé 17 subventions d'un montant de $20,4 millions. (Voir notre base de données des subventions pour obtenir la liste complète des subventions approuvées.) Sur cette somme, $300 000 pour 36 mois Organisation nationale de recherche agronomique (NARO) de l'Ouganda, l'un des partenaires du programme international de McKnight.

Le NARO guide toutes les activités de recherche agricole en Ouganda, avec pour mission de générer et de diffuser des technologies appropriées, sûres et rentables. Son travail se concentre sur le développement et la promotion de technologies et d'innovations qui transforment l'agriculture - améliorant la productivité agricole durable, la compétitivité soutenue, la croissance économique et la sécurité alimentaire et, finalement, l'éradication de la pauvreté.

«Nous sommes fiers de nos partenaires et de leurs progrès dans la création de solutions équitables et écologiques pour les agriculteurs et les systèmes alimentaires du monde entier», a déclaré la présidente du conseil d'administration de McKnight, Debby Landesman. «Ils innovent de manière à améliorer les systèmes techniques et sociaux dans les communautés agricoles et à accroître le potentiel de ces communautés pour atténuer le changement climatique tout en renforçant la résilience.»

Farmers are trained on pearl millet phenology, which studies the plant life cycle and how it is influenced by seasonal variations in climate and habitat.

Les agriculteurs sont formés à la phénologie du millet perlé, à l'étude du cycle de vie des plantes et à la manière dont il est influencé par les variations saisonnières du climat et de l'habitat.

McKnight a fait cette subvention par le biais de son Programme de recherche collaborative sur les cultures (CCRP), qui œuvre pour assurer un monde où tous auront accès à des aliments nutritifs produits de manière durable par les populations locales. Le programme soutient la recherche sur les systèmes agroécologiques dans 10 pays d'Afrique et d'Amérique du Sud, où la pauvreté et l'insécurité alimentaire ont créé des «points chauds de la faim». L'agriculture a été parmi les premiers secteurs à ressentir les effets du changement environnemental mondial, les petits agriculteurs étant les plus durement touchés. Le programme de recherche sur les cultures aide à résoudre les problèmes climatiques urgents en finançant la recherche sur les solutions agroécologiques par, avec et pour les petits exploitants agricoles.

«Notre objectif est en fin de compte de soutenir les systèmes alimentaires qui permettent aux agriculteurs locaux de nourrir leurs familles et leurs communautés d'une manière qui profite à tous sur les plans social, économique et environnemental.»—JANE MALAND CADY, PhD, DIRECTRICE INTERNATIONALE DES PROGRAMMES

CCRP les adresses changent de deux manières interdépendantes. Premièrement, le programme promeut une approche hautement participative et collaborative de la recherche sur les cultures - en s'appuyant sur les agriculteurs locaux, qui ont entretenu leurs terres comme des siècles d'agriculteurs avant eux, pour partager différentes formes de connaissances et de besoins culturels. La recherche se concentre sur intensification agroécologique pratiques - celles qui améliorent la performance des systèmes agricoles en intégrant des principes écologiques dans la gestion des exploitations.

Deuxièmement, le programme partage des informations et influence les compétences et les méthodes des agriculteurs, des instituts de recherche et autres pour atténuer et s'adapter au changement climatique, tout en laissant en place les compétences et les capacités pour créer des solutions écologiques. Avec ces deux approches, le CCRP privilégie une vision holistique de l'agriculture plutôt qu'une approche uniquement axée sur l'augmentation des rendements. La productivité reste importante, mais seulement lorsqu'elle est alignée sur des solutions durables et des cultures équitables dans les communautés.

Créer des outils qui nourrissent les familles et profitent au climat et aux communautés

En Ouganda et dans d'autres pays, les petits agriculteurs sont souvent entravés dans leurs efforts pour mettre en œuvre des pratiques d'intensification agroécologique simplement parce qu'ils n'ont pas accès aux ressources, telles que certaines recherches et technologies. Les agriculteurs ont besoin de pratiques de manutention post-récolte efficaces et appropriées localement pour refroidir, nettoyer, trier, stocker et emballer leurs produits — et les inefficacités post-récolte peuvent entraîner de grandes pertes.

«Nous sommes fiers de nos partenaires et de leurs progrès dans la création de solutions équitables et écologiques pour les agriculteurs et les systèmes alimentaires du monde entier.»—DEBBY LANDESMAN, PRÉSIDENT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DE McKNIGHT

Avec la subvention de McKnight, NARO s'appuiera sur un réseau de recherche dirigé par des agriculteurs pour identifier et mettre à l'échelle des options technologiques locales appropriées et pertinentes pour les petits agriculteurs. Les chercheurs testeront ces technologies et les adapteront aux conditions locales, en incorporant les connaissances autochtones et l'innovation locale. En réduisant les pertes après récolte et en développant des mélanges d'aliments nutritifs, le projet améliorera potentiellement les régimes alimentaires locaux et créera des possibilités de subsistance pour les agriculteurs et les fabricants locaux.

Les populations et les organisations locales restent au cœur de cette approche locale. En formant des étudiants, des agriculteurs, des fabricants, des dirigeants locaux, etc., ce projet renforce la capacité des communautés agricoles rurales de continuer à utiliser ces technologies post-récolte, maintenant et à l'avenir.

Des projets de recherche agroécologique comme celui-ci donnent aux communautés agricoles les outils dont elles ont besoin pour nourrir leurs familles et améliorer leurs moyens de subsistance, tout en préservant leur terre, leur air et leur eau à long terme. Parce que les agriculteurs participent et s'approprient le processus de recherche, ils peuvent faire appel aux connaissances mondiales et locales et collaborer de manière à créer des communautés plus équitables.

Le CCRP continuera d'établir ces liens entre nos systèmes alimentaires, le climat et des communautés équitables à travers le monde. Comme l'a dit Jane Maland Cady, PhD, directrice du programme international: «Notre objectif est en fin de compte de soutenir les systèmes alimentaires qui permettent aux agriculteurs locaux de nourrir leurs familles et leurs communautés d'une manière qui profite à tous sur les plans social, économique et environnemental.»

Regional meetings give teams an opportunity to share knowledge and information and adapt for their own local conditions. Photo Credit: Florence Kiyimba, National Agricultural Research Organisation

Les réunions régionales permettent aux équipes de partager leurs connaissances et informations et de s'adapter à leurs propres conditions locales.
Crédit photo: Florence Kiyimba, NARO

Nos équipes en croissance et en évolution

Chez McKnight, c'est une période de changement dynamique. Alors que nous évoluons vers un nouveau leadership, de nouveaux programmes et une structure interne raffinée, nous voulons tenir nos précieux partenaires informés des équipes exceptionnelles que nous construisons. Ce qui suit est un résumé des mises à jour du personnel de notre premier trimestre de 2020, dont certaines que nous avons partagées auparavant.

  • Nous sommes ravis d'annoncer que nous avons engagé la société de recherche Korn Ferry pour effectuer la recherche de notre prochain président. Nous prévoyons publier le profil du poste dans les prochaines semaines. Veuillez envoyer vos questions à McKnightSearch@KornFerry.com.
  • Dans nos équipes de programme, McKnight accueillera DeAnna Cummings en tant que nouvelle directrice du programme Arts à partir du 1er juin. Cummings vient à McKnight de Juxtaposition Arts, une organisation du nord de Minneapolis qu'elle a cofondée et dirigée pendant 25 ans, au service de plus de 6 000 jeunes et 10 000 membres de la communauté. Elle a également été agente de programme au Metropolitan Regional Arts Council et administratrice principale du Council on Black Minnesotans (maintenant appelé Council for Minnesotans of African Heritage).
  • En février, nous avons accueilli Phoebe Larson en tant que nouveau responsable des communications. Auparavant, Larson a été directrice des communications de la bibliothèque publique de Saint Paul, où elle a dirigé la stratégie de communication pour plusieurs initiatives clés, notamment l'élimination des amendes tardives de la bibliothèque, un changement de politique qui a invité 42000 personnes avec des cartes précédemment bloquées à retourner à la bibliothèque.
  • Nous avons également modifié plusieurs rôles et titres de fonction. Dans notre programme V&EC en évolution, Erin Imon Gavin a été nommé directeur de l'intégration des programmes et agent de programme; Sarah Hernandez, agent de programme; et Eric Muschler, agent de programme. Latosha Cox est l'administrateur de l'équipe du programme, qui soutiendra les programmes Arts et V&EC, et Renee Richie est maintenant associée du programme et des subventions pour V&EC. 
  • Dans d'autres nouvelles de l'équipe, Dorothy Wickens a été promue directrice des subventions et de l'information. Jan Peterson (autres subventions), Sarah «Sam» Marquardt (Midwest Climate & Energy) et Walter Abrego (International) sont maintenant associés au programme et aux subventions.
  • Comme annoncé précédemment, Lee Sheehy, directeur du programme Région et communautés, quittera ses fonctions à la fin du mois de juillet et Kristen Marx a quitté son rôle d'administratrice du programme des arts à la fin du mois de février. De plus, Jody Speer, directrice des technologies de l'information, quittera la Fondation à la mi-avril pour saisir une nouvelle opportunité. Au cours de ses cinq années chez McKnight, Speer a fait d'immenses contributions à la mise à niveau de nos systèmes technologiques afin que nous puissions être mieux équipés pour faire avancer notre mission. Nous leur souhaitons bonne chance.

Sujet: International, Recherche collaborative sur les cultures

mars 2020

Français